www.vacance-roumanie.com voyages, séjours et vacances en Roumanie facebook de vacances en roumanietwitter de vacance roumaniegoogle+ de vacance-roumanie.comflichr de vacance roumanie

Accueil Sejours en Roumanie Rando Roumanie A propos de moi Me contacter Info Roumanie La page visiteurs Vos Impressions Demande de devis Starchiojd La vie rurale Charrettes Apiculture Portraits Paysages Roumanie Les mines de sel Monastères Le camp de sculpture Les volcans de boue Les marchés Le château de Bran Les Carpates Bucharest La Transylvanie La Bucovine Les Maramures Le delta du Danube Brasov Sibiu Sighisoara Citadelles saxons Photos Roumanie La religion orthodoxe Liens Roumanie

 

Eglises Fortifiées Saxonnes de Transylvanie

La Transylvanie, région de collines située au centre de la Roumanie , est un paysage culturel très particulier. Marquée par la cohabitation pluriséculaire des communautés roumaine, hongroise et allemande, elle présente une caractéristique unique: nulle part ailleurs au monde on ne trouve conservée, sur un périmètre aussi restreint, une telle concentration d'églises fortifiées et d'églises forteresses qui témoignent d'une telle variété dans la mise en œuvre des techniques de défense. L'origine et le développement des fortifications d'églises sont bien sûr liés à l'histoire mouvementée de la Transylvanie - depuis l'invasion des Mongols en 1241/42, en passant par les incursions réitérées des Turcs depuis 1395, jusqu'à la défaite dévastatrice du souverain hongrois à la bataille de Mohács en 1526.
 
Durant ces années de trouble, les églises durent évidemment se protéger le mieux possible des guerres qui se sont succédées autour de la principauté de Transylvanie jusqu'au début du XVIIIe siècle. La densité géographique et surtout le nombre important de ces constructions - plus de 150 d'entre elles sont parvenues jusqu'à nous - peuvent être considérées sous l'angle d'un phénomène caractéristique du contexte historique, juridique, religieux et social lié à leurs bâtisseurs, les Saxons de Transylvanie. . Au cours de l'occupation progressive de la Transylvanie par la couronne hongroise, le roi Geisa II (1141-1161) avait décidé de faire venir dans le pays des colons allemands, surtout de la région de l'archidiocèse de Cologne , que l'on nomma plus tard les Saxons. Après de nouvelles vagues d'immigrations , la colonisation des communes saxonnes actuelles s'acheva, à quelques exceptions près, avant 1300. Du point de vue religieux, ces communes étaient cependant également rattachées à l'église coopérative saxonne. A partir de 1542 et jusqu'à la Réforme, l'église transylvano-saxonne a adopté en 1572 la confession d'Augsbourg et a conservé encore aujourd'hui son caractère d'église populaire .

La citadelle Axente Sever

 
Dans leur patrie d'origine, les colons avaient déjà pris conscience du fait qu'en cas de guerre, il serait préférable d'abandonner le village et de sauver sa vie et ses biens grâce à une fortification facile à atteindre. Cela influa sur le choix d'un type de colonie adapté dans les lieux de fondation. Les terres arables sont partagées selon un système flamand; les maisons, avec jardin, sont alignées en rangs serrés et forment des villages composés de rues, de pâturages, de places; l'église est située au centre des villages. La plupart du temps, ceux-ci sont bâtis sur une colline facile à atteindre et à protéger.

La citadelle de Biertan

 
Ce type d'agglomération fut à la base du développement des fortifications d'églises qui furent érigées dans la majorité des lieux à la suite de l'invasion mongole. Malgré de profondes transformations intervenues ultérieurement, il est possible de reconstituer l'apparence de ces fortifications d'églises, qui datent de la seconde moitié du XIIIe siècle: presque toutes les basiliques du temps de la colonisation, ainsi que les bâtiments ecclésiastiques plus tardifs, ont conservé des tours massives au-dessus de la travée ouest du vaisseau central.

La citadelle Herman

 

Ces tours étaient pourvues d'un chemin de ronde et de meurtrières, tandis que les abords de l'église étaient protégés par un mur d'enceinte, un fossé et une tour d'entrée. Si les premières églises forteresses s'inspirèrent du modèle médiéval du château fort des chevaliers, les demeures fortifiées des comtes semblent avoir été le modèle suivi en Transylvanie. Parmi ces dernières, seule celle de Cîlnic-Kelling, dans l'Unterwald (en Transylvanie occidentale), a traversé les siècles. Edifiée vers 1260 par le comte Chyl de Kelling, elle comprend une massive tour d'habitation à trois étages et une petite chapelle pourvue d'une abside semi-circulaire, et elle est entourée d'un mur d'enceinte de forme ovale.

La citadelle de Codlea

 
En 1430, les descendants du comte décidèrent de l'ouvrir à la communauté libre du village qui, de son côté, élargit les fortifications par un mur d'enceinte extérieur et par un bastion semi-circulaire, et éleva dans la cour intérieure des murailles supplémentaires, pourvues de bâtiments s'appuyant contre l'enceinte. Après une époque de troubles, la Transylvanie traversa une ère de calme, et sous Louis Le Grand (1342-82), les colonies allemandes parvinrent à un apogée économique insoupçonné. Une intense activité architecturale se développa et on commença à construire les grandes églises de villes comme Sebes-Mühlbach, Cluj Napoca-Klausenburg, Sibiu-Hermannstadt, Medias-Mediasch, Sighisoara-Schäßburg et Brasov-Kronstadt.

La citadelle de Viscri

 

 

 


Séjours en Roumanie

Randonnées en Roumanie

reservez votre sejour en Roumanie avec vacance-roumanie.com contact@vacance-roumanie.com

0040 766 56 41 17

Dorin Paraschiv, guide de tourisme indépendant  com. Starchiojd, rue Grui, nr.181, Prahova, Roumanie

facebook de vacances en roumanietwitter de vacance roumaniegoogle+ de vacance-roumanie.comflichr de vacance roumanie
Copyright © 2003 - 2015 Dorin Paraschiv All rights reserved informations éditeur